La diversité des expériences

9 mai 2019

Zibeline vous propose de découvrir les femmes et les hommes derrière Capital Energy. Créée en 2010, cette société propose aux consommateurs d'énergie de bénéficier de financements dans le cadre du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE).

Pour le cinquième portrait de notre série, nous nous intéressons à Laëtitia, Directrice Production. Le rôle de son service, transformer les chantiers d’économies d’énergie en Certificats d’Economies d’Energie, dont la vente permet leur financement.

Accompagner les partenaires

Le service production remplit une mission majeure chez Capital Energy : valoriser les chantiers d’économies d’énergie réalisés par nos partenaires (entreprises de travaux, industriels, collectivités, etc.) en Certificats d’Economies d’Energie (CEE) dont la vente aux obligés (les vendeurs d’énergie) permet de financer les travaux en question.

A chaque chantier d’économies d’énergie doit correspondre un dossier administratif conforme à la réglementation en vigueur, qui est très complexe. Notre valeur ajoutée est d’accompagner nos partenaires dans le montage administratif de leurs dossiers, de les instruire et de contrôler la qualité des travaux, en nous appuyant sur des bureaux de contrôle accrédités. Cette phase est absolument essentielle car, le dispositif étant déclaratif, il s’agit de vérifier que les travaux ont bien eu lieu et qu’ils ont été réalisés dans les règles de l’art.

Enfin, au terme de leur instruction, nous déposons les dossiers éligibles auprès du pôle national des CEE (qui dépend du ministère de la Transition Ecologique et Solidaire), qui a 2 mois pour les instruire à son tour. Ce n’est qu’une fois validés par le pôle que les chantiers sont valorisés. A ce titre, nous sommes l’interlocuteur privilégié du pôle national des CEE.

Humaniser le process

Je supervise une équipe d’une quinzaine de personnes. C’est une vraie chaîne de production, avec des process très précis à respecter et en constante évolution, mais aussi une pression pour diminuer toujours plus les temps d’instruction tout en maintenant la qualité.

Ce travail d’instruction et de contrôle pourrait vite se révéler fastidieux et répétitif. C’est la raison pour laquelle à mon arrivée en juin dernier, j’ai souhaité faire évoluer les missions de chacun vers plus de responsabilités et d’autonomie : chaque personne de l’équipe gère désormais un portefeuille de partenaires qu’il accompagne au quotidien en lien avec les chargés d’affaires, l’objectif étant de créer une véritable relation de confiance. C’est sans doute un peu plus chronophage, mais beaucoup plus intéressant pour l’équipe et bénéfique pour la relation clients.

Ce qui me plaît avant tout, c’est de faire évoluer en continu notre organisation et notre système d’information pour gagner en efficacité, accompagner la croissance de l’équipe, créer du lien entre les différents services en interne. Ce que j’aime aussi, c’est de pouvoir mesurer très rapidement l’impact des décisions sur les résultats de l’entreprise.

Fibre écologique et intérêt général

J’ai toujours cherché à travailler sur des enjeux qui ont du sens et je retrouve cela chez Capital Energy, car on travaille collectivement à diminuer la consommation énergétique des différents acteurs et à accompagner la transition énergétique.

Cette fibre écologique, je l’ai toujours eue. Dès mes études d’ingénieur, j’avais à cœur de m’orienter dans ce domaine au service de l’intérêt général – d’où le choix naturel de la fonction publique. J’ai longtemps travaillé dans le domaine de la santé environnementale, je m’y suis épanouie. Mon arrivée dans le secteur de l’énergie a été le fruit du hasard, mais je me rends compte que ce job fait la synthèse parfaite entre ma première partie de carrière au sein de la fonction publique et la start-up que j’ai créée puis revendue avant de rejoindre Capital Energy, une société qui a su garder l’agilité de ses débuts. Et j’aime la diversité des expériences, qui permet de se remettre en question et de tester sa capacité à s’adapter.