Instagram pour les professionnels : la méthode Zibeline

Pourquoi et comment utiliser Insta pour son entreprise

Pourquoi et comment utiliser Insta pour son entreprise

27 novembre 2019

Aujourd’hui, Instagram est devenu un pilier stratégique indispensable pour les entreprises, peu importe leur taille. Le réseau social (qui, rappelons-le, permet de publier du contenu graphique) est en effet la plateforme reine de l’engagement, un terme qui repose sur un concept essentiel à votre image de marque : générer des émotions. Car ce sont bien elles qui vont pousser votre communauté à aimer, partager, donner son avis ou encore participer.

 En 2019, il existe sur Instagram 25 millions de profils professionnels, et 80% des utilisateurs suivent au moins une entreprise.

Les avantages à être présent sur le réseau social sont donc nombreux. D’une part car vous avez la chance d’agrandir votre portefeuille clients, en accueillant de nouveaux prospects mais également en fidélisant vos clients. D’autre part, et à l’instar d’autre réseaux sociaux comme LinkedIn, Facebook et Twitter, Instagram va vous permettre de gagner en visibilité sur les moteurs de recherche, et d’atteindre une cible d’utilisateurs mobiles.

Mais avant de débuter, il est essentiel de se fixer des objectifs réalisables. Voici pourquoi Zibeline vous donne ses six conseils pour vous développer et réussir sur Insta.

1. Définir une ligne éditoriale

Il faut avant tout définir les sujets que vous souhaitez aborder, délimiter le type de contenu proposé et enfin établir le ton sur lequel vous allez communiquer. Il est important de développer un style personnel, afin de vous démarquer tout en restant proche de votre cible.

Dans quel but ? Il faut que vos clients, actuels et futurs, croient en ce que vous vendez et s’identifient à votre message. Sur Instagram l’humain est primordial !

2. Développer votre communauté

Il est important de ne pas rester inactif sur Instagram, afin de gagner en visibilité. Il faut pour cela s’abonner à des comptes liés à votre domaine, et liker des posts en rapport avec votre activité. Cette présence est essentielle pour cimenter votre apport à l’écosystème dans lequel votre société évolue.

Dans quel but ? Plus vous serez présent et actif sur Insta, plus votre compte sera vu. L’idée est de se rendre omniprésent, et donc indispensable.

3. Soigner vos publications

Vous devez soigner vos légendes pour optimiser votre contenu. Pour cela, les hashtags vous sont d’une aide précieuse : ils permettent aux potentiels futurs clients de vous trouver. Attention, il est toutefois conseillé de mettre seulement entre trois et quatre hashtags pour que votre contenu reste qualitatif.

Dans quel but ? Une marque a besoin de faire sa promotion de façon originale pour capter l’attention de son public cible. Un contenu clair, simple et épuré, allié à quelques hashtags, vous permet d’augmenter et de développer votre audience facilement.

 

babybulles insta

Exemple : la marque babybulles a su créer une vraie ligne éditoriale pour se démarquer – style personnel et épuré – proche de sa communauté

4. Valoriser votre image

Instagram est le lieu idéal pour mettre en avant vos produits et services tout en vous rapprochant de vos abonnés. Vous allez pouvoir les inviter à découvrir les dessous de votre marque, ou les coulisses de votre entreprise. Dévoiler le quotidien de vos équipes, les différentes étapes d’un événement, etc. : cela va permettre de générer un rapport de proximité entre votre communauté et vous.

Dans quel but ? En valorisant votre image, vous allez pouvoir gagner l’attention de nouveaux followers tout en fidélisant les anciens.

5. Miser sur l’interaction

Il est important de mettre votre communauté au cœur de votre communication Instagram, que ce soit en répondant aux questions, aux félicitations ou aux complaintes, mais également en créant des jeux concours, ou encore en repostant du contenu de vos abonnés.

Dans quel but ? Cette interaction est le meilleur moyen de fidéliser vos abonnés, mais aussi de faire parler de vous grâce au bouche-à-oreille.

6. Publier au bon moment

Il est très important de réaliser un planning de publication. En effet, trop de partages, ou à l’inverse trop peu, peut mener une partie de votre communauté à arrêter de vous suivre. Une fois ce planning effectué, il est également conseillé de respecter certains horaires de publication (par exemple durant la matinée, la pause déjeuner et en début de soirée).

Dans quel but publier régulièrement ? Tout simplement pour rester dans l’esprit des utilisateurs et rester visible dans le fil d’actualité.

LinkedIn : les secrets de l’algorithme

Pour mieux comprendre (et dompter) votre réseau

Pour mieux comprendre (et dompter) LinkedIn

28 février 2019

Derrière chaque post LinkedIn se cache un monde insoupçonné. En effet, l’agencement apparemment bénin de votre fil d’actualité n’est ni le fruit du hasard, ni celui de la chronologie. C’est le fruit de l’algorithme.

Et comprendre cet algorithme, c’est aussi comprendre comment perfectionner votre propre visibilité.

La qualité selon LinkedIn

Ça y est, vous venez de cliquer sur “Publier”. Se pose alors la question cruciale : cette nouvelle publication rencontrera-t-elle son public ?

Les facteurs de réussite sont nombreux et peuvent parfois dépendre de la chance – mais vous vous en doutez, compter sur la chance est un risque peu conseillé. Dans un premier temps donc, l’algorithme de LinkedIn va évaluer la qualité intrinsèque de votre post.

Ne perdez jamais de vue qu’un réseau social est avant tout un business : l’idée pour ses développeurs, c’est que les abonnés y restent le plus de temps possible. Voilà pourquoi LinkedIn apprécie particulièrement les contenus sans lien externe : en ce sens, le contenu natif est donc au aubaine (à l’exception des articles, moins privilégiés que les statuts).

Bien entendu, l’algorithme s’assurera également que votre publication n’est pas du spam. Il vérifiera sa clarté ainsi que sa cohérence : LinkedIn étant réseau professionnel, la pertinence de votre contenu dépendra donc de sa propension à être dans les clous (sujets carrière, industrie, événements pro, etc.).

Le petit plus : vous

Votre profil peut avoir son rôle à jouer dans le succès d’une publication. L’algorithme aura tendance à mettre plus facilement votre contenu en avant s’il sait qu’il peut vous faire confiance.

Dans un premier temps donc, ce facteur est minime. Mais au fur et à mesure de votre expérience (et de votre succès), LinkedIn prendra en compte votre crédibilité : si vos publications précédentes ont su créer de l’engagement, vos publications suivantes bénéficieront de cette nouvelle notoriété – à condition évidemment de rester intéressant et cohérent.

La première salve

Une fois votre post publié, l’algorithme de LinkedIn va d’abord signaler celui-ci à certaines de vos relations. C’est en quelque sorte une première phase de test sur la pertinence de votre contenu, et surtout sur sa capacité à générer de l’engagement.

Selon le nombre de ‘J’aime’, de commentaires, de partages, ou même selon la rapidité des interactions, votre publication va recevoir un score. Plus ce dernier sera positif, plus votre post sera visible et plus il aura de chance de passer l’étape suivante.

Cette phase démontre donc tout l’intérêt de publier du contenu susceptible de créer une discussion. Relayer est une chose, générer une réflexion en est une autre.
C’est aussi là tout l’intérêt d’un réseau social : n’ayez pas peur d’afficher vos convictions. Tant que cela se fait dans le respect, le débat n’en sera que plus fructueux. De surcroit, cela participe à votre visibilité… D’une pierre deux coups, pour ainsi dire.

L’homme derrière la machine

Votre publication arrive enfin à la dernière étape de son itinéraire. Après avoir été étudiée, jaugée et notée, elle va se retrouver entre les mains expertes des éditeurs humains de LinkedIn.

Là, aidés du travail préliminaire de l’algorithme, les éditeurs vont décider de la suite : votre post mérite-t-il de poursuivre sa route et d’être affiché à plus d’utilisateurs, ou disparaitra-t-il en silence ?

On le voit donc, se cache derrière votre fil d’actualité un savant mécanisme hybride, alliant la froideur méthodique de la machine au jugement subjectif de l’homme. Comprendre et maîtriser le premier reste ainsi le meilleur moyen de triompher au second.

Réseaux sociaux et cryptomonnaie : un mariage heureux ?

Les enjeux du ‘Facebook Coin’

Les enjeux du ‘Facebook Coin’

15 mars 2019

Il y a moins d’un an, certains médias rapportaient que Facebook projetait de lancer sa propre cryptomonnaie, le Facebook Coin.

Aujourd’hui, alors que les rumeurs évoquent un lancement imminent, les experts commencent à estimer l’impact financier d’un tel projet, et les chiffres sont sans appel : cette nouvelle monnaie pourrait en effet rapporter près de 17 milliards d’euros au géant américain d’ici 2021.

Le mot d’ordre : stabilité

Bien entendu, Facebook se veut de son côté plus prudent et estime la somme à 2,6 milliards d’euros. Cependant une chose reste certaine : l’arrivée du Facebook Coin impactera directement le cours des actions de la marque. Un signal positif pour les actionnaires.

Il faut dire que la monnaie en question a tout pour leur plaire. Alors que la volatilité des cryptomonnaies freine leur développement global, le Facebook Coin serait un ‘stable coin’ et sa valeur serait liée à celle des monnaies classiques. Moins attractif pour les spéculateurs donc, mais bien plus rassurants pour les parties prenantes.

La volonté : aller de l’avant

L’année 2018 n’a pas été des plus aisées pour le réseau social (comme nous le rappelions dans notre bilan). A l’heure où Facebook souffre d’un déficit de confiance de la part de ses utilisateurs mais aussi de ses investisseurs, déplier sa bouée de sauvetage est donc particulièrement judicieux. Générer du revenu sans abuser ses abonnés est également vu d’un bien meilleur œil.

Le moment est ainsi parfaitement choisi. En quelques années, le monde des cryptomonnaies et de la blockchain a évolué, au même titre que l’écosystème Facebook : des acquisitions comme Instagram ou WhatsApp le démontrent. Cette petite constellation de médias sociaux permet une distribution du contenu bien plus maîtrisée. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la rumeur affirme que Whatsapp sera la plateforme d’utilisation du Facebook Coin.

La finalité : étendre ses tentacules

Tout n’est évidemment pas simple. Facebook devra en 2019 régler ses problèmes de confiance face à un public toujours plus intransigeant. La firme devra également démontrer la véritable valeur ajoutée de sa cryptomonnaie pour pouvoir séduire ses potentiels utilisateurs.

Quoi qu’il en soit, cette évolution Facebook la prépare depuis quelque temps déjà. Le pôle blockchain et cryptomonnaie du géant bénéficie d’une équipe spécialisée et d’un directeur expérimenté, ancien président de PayPal. Un véritable enjeu pour le réseau social, qui compte bien utiliser cette rampe de lancement pour développer de nouvelles offres.

Car si le Facebook Coin est un succès, c’est une autoroute qui s’offre alors à Zuckerberg et consorts. Prêts, virements, paiements physiques, plus rien ne pourra stopper le mastodonte. Des velléités communes aux GAFAM, et un écosystème financier qui s’annonce bien différent d’ici à 2030…

Numérique & Réseaux sociaux : les chiffres 2019

Une nouvelle étude révèle les habitudes de demain

Une nouvelle étude révèle les habitudes de demain

7 février 2019

Souvent les chiffres sont plus éloquents que les grands discours : selon l’étude annuelle menée par Hootsuite et We Are Social, nous étions en effet près de 4,2 milliards d’internautes à travers le monde en octobre 2018. Cela donne une idée des enjeux globaux du numérique et de ses nouvelles habitudes de consommation.

Autre chiffre fort : 45% de la population mondiale utilisent les réseaux sociaux (soit 3,484 milliards de personnes). L’hyperconnectivité est donc plus que jamais une réalité.

Les chiffres dans le monde

Parmi les pays les plus touchés par cette irrésistible croissance, on note les Emirats Arabes Unis, Taïwan ou encore la Corée du Sud, où le taux de pénétration des réseaux sociaux a été sans commune mesure : 99% aux Emirats !

Côté nouveaux utilisateurs, ce sont la Chine, l’Inde et l’Indonésie qui se retrouvent en tête. Un continent asiatique très connecté donc, comme en atteste ce chiffre renversant : les Philippins passent environ 4h12 par jour sur les réseaux sociaux, contre une moyenne de 2h16 à travers le monde !

Les chiffres en France

Bien entendu, la France est loin des Philippines.
Mais avec plus de 65 millions d’habitants, nous comptons tout de même 60,42 millions d’internautes. Un chiffre qui n’est pas anodin.

Côté réseaux sociaux, nous sommes environ 38 millions à nous y rendre fréquemment : cela représente une augmentation de 6,5% en un an, soit 2 millions de nouveaux utilisateurs.
On le voit donc, la France n’est pas épargnée par la frénésie numérique.

Le temps passé quotidiennement sur les réseaux sociaux monte jusqu’à 1h17, ce qui nous place en bas de la liste (les moins présents restant les Japonais, avec 36 minutes). Il semblerait en effet que nous ayons d’autres priorités, puisque nous sommes la nation qui passe le plus de temps à table.

Enfin, l’étude précise que, sans grande surprise, ce sont YouTube et Facebook qui séduisent le plus de visiteurs côté médias sociaux. A la 10ème place, LinkedIn rassemble 19% des internautes français, contre 28% pour Twitter.
Différence de marque entre les deux plateformes néanmoins : alors que la répartition hommes/femmes sur LinkedIn est de 53% / 47%, celle-ci est de 63% / 37% sur Twitter. Un porte-voix qui a encore du chemin à faire…

Réseaux, Influence et Numérique : les tendances 2019

Que nous réserve cette année charnière ?

Que nous réserve cette année charnière ?

11 janvier 2018

Si 2018 a été une année de doutes et de prises de conscience (notre bilan par ici), 2019 regorge elle aussi de problématiques aussi complexes qu’inévitables.

Qu’il s’agisse d’avancées technologiques, d’éthique ou encore d’engagement, les entreprises et leurs dirigeants devront apprendre à s’adapter à un contexte numérique sans cesse fluctuant. Peut-être même cette adaptation aurait-elle dû s’effectuer bien plus tôt encore…

Alors, à quoi s’attendre en 2019 ? Zibeline fait le point.

L’IA, nouvelle panacée

Ce n’est pas nouveau, dans de nombreux secteurs l’Intelligence Artificielle est sur toutes les lèvres. Vue par certains comme la solution à tous les problèmes, elle est encore à l’heure actuelle un problème dont il faut trouver les solutions.

En effet, si certaines études prévoient que l’IA pourrait contribuer à hauteur de 15,7 trillions de dollars dans l’économie mondiale, les entreprises se demandent encore comment intégrer le plus efficacement possible ce nouvel arrivant dans leur structure.

Tout porte donc à penser qu’en 2019, l’intégration de l’IA dans les sociétés risque de s’accélérer. Et que par conséquent, l’avenir appartiendra à ceux qui auront su adapter leurs méthodes en amont. Car pour une harmonie parfaite, l’intelligence doit également être humaine.

« L’utilité » des entreprises

Une fois encore, rien de nouveau : l’utilité sociétale et économique des entreprises n’est pas un concept récent. Pourtant, cette problématique sera déterminante en 2019, les convictions des citoyens (et consommateurs) se portant graduellement sur la nécessité d’une certaine éthique et d’un « intérêt collectif ».

Comme le révèle une récente étude, les Français ont un besoin fort d’appartenir à une communauté, et sur ce grand échiquier les entreprises ont définitivement leur rôle à jouer (notamment sur la question écologique). Sur ce point, la présence numérique devient alors déterminante.

Mais cette attente des citoyens est aussi le signe d’une revendication plus large : celle d’une finance éthique et engagée. De ce côté-ci, le Mouvement pour une Economie Bienveillante notamment se présente comme une première solution.

Médias et éthique

Pour beaucoup, les réseaux sociaux ont remplacé les médias classiques (papier, radio, télé). Pourtant, de nombreux utilisateurs reconnaissent ne pas avoir confiance en leurs différents fils d’actualité.

En 2019 donc, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et YouTube en tête) proposeront une nouvelle manière de présenter l’information. C’est toute une politique d’algorithme qui est remise en question : les plateformes songent ainsi à proposer à leurs abonnés des fils d’actualité « désalgorithmés ». En ligne de mire, des interfaces moins personnalisées certes mais aussi beaucoup moins biaisées. Et surtout, le besoin urgent de lutter efficacement contre les fake news.

Le retour des abonnements

Si les réseaux sociaux les plus utilisés à travers le monde se définissent par leur gratuité, cela ne signifie pas nécessairement que leurs utilisateurs ne sont pas prêts à passer à l’étape supérieure. LinkedIn notamment, par son offre Premium, l’a bien compris.

2019 pourrait donc voir le grand retour de l’abonnement payant, chez Facebook et Twitter notamment.
Chez le premier, ce compte spécial aurait pour but de proposer une expérience exempte de toute publicité. Facebook réfléchirait également à une version professionnelle de WhatsApp.
Chez le second, c’est l’application TweetDeck qui proposerait des outils de personnalisation et d’analyse (une autre offre pourrait également permettre une meilleure promotion des publications).

Ce n’est donc pas une remise en question fondamentale qui se profile, la gratuité restant de mise, mais bien une mise à jour des offres, et surtout de nouveaux moyens de monétiser les plateformes.

La fin de la crise Facebook

Nous l’évoquions lors du bilan 2018, Facebook a connu une année difficile (difficile étant un euphémisme). Pourtant, l’année qui se profile annonce une véritable renaissance qui saura vraisemblablement effacer les mauvais jours.

D’une part, le groupe continuera d’investir massivement dans l’Intelligence Artificielle, avec ses deux bureaux à Paris et à Seattle.
D’autre part, 2019 sera marquée par le lancement d’un satellite Facebook ayant pour but de fournir un accès haut débit aux zones les plus désavantagées à travers le monde.

L’idée donc est d’aller de l’avant, et d’enterrer ce qui se présente déjà comme les affaires d’un lointain passé.

Mentions spéciales

Côté réseaux sociaux, il faudra garder un œil sur certaines tendances susceptibles de faire bouger les lignes : par exemple les nombreuses plateformes de commerce en ligne développées par Pinterest, Instagram, Twitter, Facebook ou encore Snapchat, mais aussi les collaborations entre ces grands groupes comme Snapchat x Amazon ou Instagram x La Fourchette.

En bref, de nouvelles synergies qui, sans changer la face du monde, démontrent la capacité d’adaptabilité de ces mastodontes.
Beaucoup de tendances à surveiller donc, pour une année qui s’annonce passionnante.

Réseaux, Influence et Numérique : le bilan 2018

Que retenir de cette année riche en rebondissements ?

Que retenir de cette année riche en rebondissements ?

8 janvier 2018

Tout le monde connaît l’expression consacrée : les années se suivent et ne se ressemblent pas. 2018 n’échappe pas à la règle. Plus que jamais, cette année aura été le théâtre de bouleversements et de prises de conscience, à tous les niveaux de la société.

D’un point de vue numérique, les enjeux ont été pléthores : Intelligence Artificielle, Blockchain, GAFAM, Fake News, autant de concepts, de technologies et d’entreprises qui feront le paysage numérique de demain.

Que faut-il donc retenir de ce cru 2018 ? Zibeline vous dit tout.

La débâcle Facebook

Après avoir tutoyé les étoiles, le premier réseau social du monde a vécu cette année un véritable cauchemar. Et chaque fuite dans la coque du bateau Zuckerberg a été suivie par une fuite plus importante encore.

D’abord, il y a eu les révélations de Cambridge Analytica, cabinet de conseil ayant utilisé les données personnelles de millions de comptes lors des élections présidentielles américaines de 2016.
Puis, il y a eu cette enquête du New York Times révélant que Facebook avait vendu à certaines sociétés des accès privilégiés aux données privées de millions d’utilisateurs.
Le média américain révélait également la stratégie de contre-attaque de la firme, qui visait simplement à discréditer ses détracteurs. Sans compter les piratages, les gonflages abusifs ou encore l’exposition accidentelle de photos privées.

En bref, ce fut l’année de tous les fléaux pour Facebook, dont la cote de popularité était ainsi vouée à sombrer. Un rayon de lumière malgré tout ? Les chiffres 2018 qui démontrent que le groupe reste en tête en terme d’utilisation : parmi les 5 applications les plus utilisées en France, Facebook place 4 de ses produits (avec Facebook Messenger, WhatsApp et Instagram).

« Fake news », un langage universel

On aurait pu croire le phénomène éphémère, pourtant force est de constater que les infox ont plus que jamais été au cœur de l’actualité 2018.

Avec la chute des médias dits classiques et l’avènement des réseaux sociaux, notre nouvelle façon de consommer l’information a ouvert la boîte de Pandore. Malheureusement, les décisionnaires, qu’ils soient dirigeants ou législateurs, ont été incapables de parer au caractère viral des infox, elles qui ne connaissent plus aucune frontière.

Si le terme est né en 2016 avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, c’est en 2018 que les fake news ont révélé leur secret le plus surprenant : un rapport du Sénat américain a démontré que contrairement aux idées reçues, ce n’est pas sur Facebook qu’elles sont les plus répandues, mais bien sur Instagram.

Quand visibilité rime avec exemplarité

En 2018, mieux valait s’apprêter à balayer devant sa porte. Sur Twitter notamment, où le clash des opinions fait la pluie et le beau temps du réseau social, nombreuses ont été les figures publiques à être sacrifiées sur l’autel de l’opinion publique.

A Hollywood notamment, où la notion de pardon est toute relative, on ne compte plus ceux qui ont été évincés ou qui ont perdu leur travail à cause d’un tweet. Et dans cette quête incessante du dérapage, tous les camps sont coupables : si c’est une certaine gauche engagée qui a participé à l’éviction du comédien Kevin Hart de la présentation des Oscars, c’est bien une certaine droite conservatrice qui a entraîné la chute du réalisateur James Gunn, tombé en disgrâce chez Disney.

Et si ces cas vous paraissent lointains, relisez le point précédent : les fake news, nous les pensions américaines elles aussi, il n’y a pas si longtemps…

LinkedIn, toujours pas rentable

Lorsque Microsoft a racheté LinkedIn en 2016, les dirigeants de la multinationale ne s’attendaient probablement pas à perdre autant d’argent. Car en 2018, le réseau social qui compte 260 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde ne s’est toujours pas révélé rentable.

Dernière acquisition en date pour Microsoft, une startup spécialisée dans la gestion des ressources humaines. Achetée à environ 500 millions de dollars, celle-ci est vouée à être absorbée par LinkedIn. Avec l’espoir enfin de générer un profit.

L’avènement de la blockhain

Si les crypto-monnaies ont connu une année noire, la blockchain, elle, a su démontrer tout son potentiel : en 2018, elle a dépassé sa simple preuve de concept vers une mise en usage efficace et transparente.

Cette nouvelle technologie, plus sure et surtout infalsifiable, a en effet été adoptée par de nombreux secteurs qui explorent encore ses possibilités : banques, hôtellerie, commerce, énergie, humanitaire, etc.
Le futur paraît encore incertain, mais en 2018 les bases ont été définitivement posées.

La guerre des influenceurs

Du côté de la communication, c’est la ruée vers l’or qui a été remise en question, à savoir celle des influenceurs. Si en 2018 les sociétés se sont avérées prêtes à débourser, les influenceurs de leur côté n’ont pas toujours été à la hauteur des espérances (la preuve avec les hôtels de luxe notamment).

Mais au lieu de devoir faire son choix entre véritables acteurs digitaux et escrocs faisant gonfler leurs chiffres, certaines entreprises comme Natixis ont choisi une voie plus judicieuse : mettre en place des programmes d’ambassadeurs. Une façon de valoriser ses propres salariés et de replacer l’humain dans la jungle digitale. Car il s’agit bien là de la problématique essentielle de ce nouveau siècle.

Toutes ces tendances auront-elles des répercussions sur 2019 ?
Eléments de réponse dans notre article sur les tendances 2019.

Dirigeants et Twitter : nos 8 conseils pour réussir

Mettez de la sérénité dans votre stratégie (et inversement)

Mettez de la sérénité dans votre stratégie (et inversement)

18 décembre 2018

La problématique n’est plus nouvelle, mais les difficultés restent inlassablement les mêmes : s’il est aisé d’ouvrir un compte sur Twitter, il est en effet bien plus difficile de parvenir à se faire entendre.

Il en va de même pour les dirigeants. Souvent, la peur de passer inaperçu, la peur du flop, empêche les chefs d’entreprise de se lancer dans l’aventure. Pourtant, les réseaux sociaux sont des outils indispensables dans la vie d’une société : communication, visibilité, gestion de crise, tout va maintenant beaucoup plus vite, et certains dirigeants ne peuvent plus se permettre de rester en queue de peloton.

Dans ce nouveau monde, la stratégie est reine. Vous ne deviendrez pas la sensation du web en une nuit bien entendu, mais si vous suivez nos conseils, vous serez à même de vous construire une communauté solide et cohérente.
La balle est dans votre camp.

1. Votre entreprise, votre bataille

La vie d’une société, c’est un peu les montagnes russes. Entre moments de calme, moments de doutes et moments d’euphorie, le dirigeant est au cœur des changements.
L’important donc, c’est de mettre en avant chaque temps fort sur Twitter : lancement d’un produit, diffusion d’une étude, bilans chiffrés, etc., chaque donnée positive est apte à renforcer l’impact global de votre entreprise.

Le petit plus : les événements, les engagements caritatifs, les galas, les anniversaires, etc.

2. Vos collaborateurs, vos alliés

L’âme de votre entreprise, ce sont à n’en pas douter vos employés. N’hésitez donc pas à valoriser ces précieux collaborateurs sans qui votre projet ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.
Les mettre en avant, les remercier de leur mobilisation et de leur travail, c’est donc aussi une façon pour vous de leur communiquer votre gratitude. Et ce en toute humilité.

3. Votre domaine, votre spécialité

Votre profil n’a pas pour vocation à rassembler toute la planète. La stratégie primordiale est donc de cibler votre écosystème. L’interaction en devient alors bien plus cohérente, et surtout bien plus aisée.
Qu’il s’agisse de décideurs, d’influenceurs ou simplement de potentiels clients, Twitter vous offre la possibilité d’entrer en contact, de vous tenir informés, de réagir aux mentions concernant votre entreprise ou vous-même.

Le petit plus : à vous d’impacter directement les médias via vos tweets. Votre visibilité devient une arme de communication.

4. Vos clients, vos interlocuteurs

Selon les gammes de produits que vous proposez, certains de vos clients peuvent être amenés à faire part de leurs interrogations (ou pire, de leur griefs) sur les réseaux sociaux.
Une présence digitale vous offre l’avantage de pouvoir répondre sans intermédiaire. Soyez donc à l’écoute, et montrez-vous accessible en toute bienveillance. La portée de vos réponses n’en sera que plus positive.

5. Vos crises… quelles crises ?

Sur Twitter, la rumeur peut se propager comme une traînée de poudre. Et votre présence est le meilleur moyen d’apaiser les flammes.
Une réaction prompte, réfléchie et intelligente est signe de confiance. A l’inverse, le silence permet à la rumeur de gagner, voire de s’enlaidir. Quand désamorcer paraît si simple, pourquoi s’en priver ?

6. Votre contenu, votre force

Les problématiques entourant votre domaine peuvent donner lieu à des débats, des remises en question, des études importantes. Pour un dirigeant, être vocal donne de l’identité à l’entreprise. De plus, les stratégies de contenu sont souvent les plus rémunératrices en terme de notoriété et de légitimité.
N’hésitez donc pas à écrire et à publier vos tribunes, articles, coups de pouce, coups de gueule, etc. Avec une visibilité intelligemment développée, vos écrits sauront trouver leur cible.

7. Vos idées, vos convictions

En tant que dirigeant, vous êtes de facto le garant « éthique » de votre entreprise. Vos combats, aussi personnels soient-ils, ont donc leur place sur Twitter.
Sans rentrer dans l’intime bien entendu, n’hésitez pas à mettre en lumière ces convictions qui vous tiennent à cœur : santé, pauvreté, parité, etc. Votre visibilité donnera un coup de pouce bienvenu aux fondations et associations ainsi soutenues.

8. Votre visibilité, votre futur

Les talents de demain sont tous, en majorité, sur les réseaux sociaux. Ce qui fait de Twitter l’un des meilleurs vecteurs d’embauche.
Que vous coûte un tweet pour signifier que vous cherchez un nouveau collaborateur ? Absolument rien – et vous le savez, on ne peut pas en dire autant des moteurs de recherche spécialisés.